La vengeance illusoire

« On ne peut pas créer une société juste avec des moyens injustes. On ne peut pas créer une société libre avec des moyens d’esclaves. » (Jacques Ellul)

Et pour paraphraser je dirai: On ne peut assurer la sécurité par une vengeance aveugle. On ne peut pas espérer un avenir pour les enfants de demain en tuant ceux d’aujourd’hui.

De même: On ne peut combattre l’oppression en utilisant des moyens d’oppresseurs. On ne peut dénoncer l’injustice en commentant des crimes contre des civils ou en les prenant en otages.

Les faiseurs de guerre et les marchands d’armes se retrouvent dos à dos avec des mains ensanglantées. Ils avivent les haines et sèment la terreur. C’est la seule langue qu’ils connaissent et qu’ils veulent imposer à toutes et à tous. Ils sont aidés ou justifiés par des discours d’habiles politiques et même religieux qui viennent conforter leurs propos et leurs actions meurtrières.

Ils instrumentalisent les souffrances des uns et des autres pour les entraîner à vouloir faire subir aux autres ce qu’ils ont subi. Possédés par leur désir de vengance, ils perpétuent ainsi le cycle de la violence. C’est ce qu’ils veulent, les uns pour rester dans leur volonté d’exterminer, les autres dans celle d’occuper. Hier ils ont assassiné ceux qui cherchaient un chemin de paix juste, aujourd’hui ils tentent d’assassiner tout espoir pour une ou plusieurs générations afin de garder le pouvoir.

Quelle résistance opposer, si ce n’est de soutenir celles et ceux qui dénoncent les mensonges des adorateurs de la force, des roquettes et des bombes, de s’associer à celles et à ceux qui continuent envers et contre tout, de part et d’autre, même minoritaires, à croire que d’autres voies sont possibles pour que cette terre ne soit pas conquise, confisquée, dévastée, mais promise et restaurée. Et bien sûr dans l’immédiat venir en aide à toutes les victimes, se joindre aux appels pour un cessez-le-feu durable et à la libération de tous les otages.

Plus que jamais dans cette partie du monde, comme dans d’autres, cette parole de Martin Luther King reste actuelle: « Il nous faut apprendre à vivre ensemble comme des frères et des sœurs, sinon nous allons mourrir tous ensemble comme des idiots ». Le train mortel de la terreur et de la mort est lancé à toute vitesse, c’est à nous de l’arrêter, par nos paroles et par nos actes, par nos prières et par nos protestations. Soyons courageux.